L’histoire mouvementée de Taroudant

Posté par le septembre 26, 2013 dans Blog, Featured | 0 commentaire

L’histoire mouvementée de Taroudant

Taroudant est considéré comme une des villes des plus anciennes du Maroc, au patrimoine architectural, culturel et historique indéniable.

Il est cependant difficile de préciser avec exactitude la date des premières fondations de la ville, les données d’avant l’islamisation de la région restant assez floues.

Avec la conquête de l’Islam à Taroudant en l’an 62 de l’Hégire (681 après J.-C.) le gouverneur du Souss y installa ses quartiers et dès lors Taroudant devint la capitale de la région et tint ainsi un rôle de centre administratif et lieu de rencontre entre tribus voisines.
Les conquérants dépossédèrent les Amazighen (Berbères) de leurs biens ce qui les incitèrent à la révolte. Ainsi, Taroudant ne dépendrait plus du pouvoir des Khalifes musulmans d’orient.

Taroudant - Maroc

Taroudant – Maroc par: mustapha ennaimiCC BY 2.0

Taroudant à l’époque des Idrissides

Moulay Idriss II se soucia d’élargir les frontières de l’État en essayant de dominer le commerce transsaharien et de le concentrer vers sa capitale Fès. Il dirigea ainsi ses assauts au Sud et finit par asseoir son pouvoir en 812 après J.-C. Dès cette époque, Taroudant entra sous la domination des Idrissides et perdit son rôle de capitale régionale. Cependant elle conserva son importance commerciale de par sa position stratégique entre le Maroc et l’Afrique subsaharienne.

Taroudant sous la domination almoravide

Les Almoravides réussirent à soumettre le Tafilalt, puis le Souss. Taroudant devint un centre administratif qui permit aux Almoravides de contrôler la plaine du Souss. Dès lors, Taroudant reprit son rôle de carrefour commercial entre le nord et le sud. Sous le règne de Youssef Ibn Tachafine et son fils Ali, Taroudant fut fortifiée par la construction de remparts et la mise en valeur des terres agricoles.

Taroudant sous les Almohades

La fin de la dynastie des Almoravides par les Almohades fut une époque de conflits pour Taroudant. Les Almohades y entrèrent une première fois en 1133, mais ils la prirent durablement en 1140. À la suite de la capitulation de Taroudant, les tribus du Souss se soumirent aux Almohades. Taroudant connut une stabilité politique, un essor économique et reprit son rôle de capitale administrative de la région.

Taroudant sous les Mérinides

Les Mérinides s’emparèrent de Taroudant en 1269. Elle demeura la capitale du Souss. Elle fut le lieu de résidence du vice-roi Mérinide. Taroudant demeura jusqu’à la fin de la dynastie Mérinide indépendante du pouvoir central avec un système politique qui lui était propre : quatre notables se relayaient au pouvoir tous les six mois.

La ville souffrit du blocus imposé par les Portugais sur le littoral atlantique. C’est ce qui amena les tribus du Souss à prêter allégeance aux Saâdiens en 1515 qui prêchaient la guerre sainte contre les occupants étrangers.

L’apogée de Taroudant sous les Saâdiens

C’est sous la dynastie Saâdienne que Taroudant connaîtra sa période la plus glorieuse. Elle se situera au niveau des villes comme Fès et Marrakech. L’émir Mohamed Cheikh Saâdi procéda à la fortification de la ville, ouverte par 5 portes voûtées d’architecture mauresque, qui devint la première capitale des Saâdiens. Fortifiée, elle servait à rassembler et réunir les forces saâdiennes aux tribus du Souss afin de lutter contre l’occupation du littoral marocain par les Portugais.

Sur le plan économique, en pleine expansion, Taroudant devint le point de transit du commerce caravanier, et développa son artisanat local (cuivre, cuir…) et la production de sucre dans la région.

Le développement de la culture et des sciences contribuèrent à l’émergence de Taroudant. Jamâa El Kébir (la grande mosquée) fut l’une des plus prestigieuses universités de l’époque où les plus grands érudits du XVIe siècle dispensèrent leurs savoirs. Durant cette époque, l’émirat de Taroudant connut stabilité et effervescence intellectuelle. En 1670, Moulay Rachid mit fin au pouvoir Saadien, et Taroudant passa sous l’influence de la dynastie des Alaouites.

 

Remparts de Taroudant

Remparts de Taroudant

 

Taroudant sous les Alaouites

Taroudant fut le lieu de résidence du Khalifa du Sultan qui appartenait à la dynastie des Alaouites dont la famille royale actuelle est issue. La ville ayant de grandes ressources économiques et jouissant d’une situation stratégique entre le Haut Atlas et l’Anti Atlas, le Khalifa tenta d’asseoir son indépendance vis-à-vis du pouvoir central.

En 1685, le Sultan Moulay Ismaïl assiégea la ville pour renverser son frère et son neveu et mettre ainsi un terme aux velléités d’indépendance du khalifa et au détournement à proprement parlé des richesses de la fertile province du Souss. Il lui fallut guerroyer deux ans pour combattre cette rébellion.

Le Sultan Moulay Ismaël nomma un de ses fils comme wali, ce qui permit à Taroudant de retrouver une certaine stabilité et ce, jusqu’en 1702 où le fils se rebella contre son père. Moulay Ismaïl envoya son autre fils reprendre Taroudant. Après trois ans de siège et de combats, les félons capitulèrent enfin.

Après la période de troubles qui suivit la mort de Moulay Ismaël, Moulay Mohamed ben Abdallah, héritier du trône, conquit le Souss et fit de Taroudant une base militaire. C’est alors que la ville fut tout au long de cette période, la résidence des pachas et des caïds qui représentaient le pouvoir de la dynastie Alaouite.

Mais Taroudant, en raison des guerres et conflits du XVIIe et XVIIIe siècle, perdit de sa superbe stratégique et économique, précipitant le déclin de son opulence commerciale, notamment de son industrie sucrière. La renaissance de Taroudant se fit par l’agriculture et par ses artisans du textile, de la tannerie et du cuir.

Il faut reconnaître que Taroudant fut assez malmenée par l’autorité des officiers des affaires indigènes durant le protectorat français et une bonne partie de la jeunesse roudanie regoignit le parti de « L’Istiqlal », le parti de l’indépendance. Durant les années 1950, le mouvement national se duricit et entra en résistance armée.

Aujourd’hui…

Par son histoire et sa situation géographique entre le Haut Atlas et l’Anti Atlas à 80 kms d’Agadir et de la côte Atlantique, Taroudant continue d’être une destination privilégiée pour les connaisseurs et appréciée des voyageurs. La population est avenante, les souks plus paisibles que ceux de Marrakech et les sentiers nous invitent à de belles excursions.

Palmeraie de Tiout

Palmeraie de Tiout

Taroudant tire le principal de son économie de ses cultures d’agrumes, essentiellement oranges et clémentines, de l’huile d’argan dont la région est riche, de la production d’huile d’olive et de son artisanat, particulièrement le travail du cuir, dont les sandales de Taroudant en sont le fleuron. Taroudant est dotée d’une zone industrielle à environ 10 kms de la ville, sur la commune d’Aït Yazza. Elle abrite, entre autres, l’usine des produits laitiers et jus de fruits « Jaouda ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>